Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par E-R

 

 

A Paris, les abattoirs de la villette (ici en 1907) était la" capitale"du louchébeme

 

C'était au 17ème siècle, dans les bagnes, que se sont crées des systèmes de maquillage des mots permettant aux détenus de communiquer sans être compris de leurs geôliers. De tels systèmes ont ainsi été observés dans le monde, au sien des corporations les plus diverses. Tel le tatouage ou l'uniforme, l'argot devient alors un signe de reconnaissance, l'attrait de linsolite, la fierté d'une virtuosité acquise et surtout le plaisir d'exaspérer les non-initiés.

 

Largonji

 

Vidocq décrit dans ses mémoires un code substitutif appelé largonji que résume la formule suivante :

consonne initiale + X devient "L" + X + consonne initiale + voyelle

Exemple

. "sac" devient l + ac + s + é = lacsé

."en douce" devient en l + ouce + d + é = en loucedé

."jargon" devient l + argon + j + i = largonji

 

Certains mots français ont été construits sur ce principe. Ainsi "loufoque" vient de "fou".

Au bagne de Brest, au début du 19ème siècle, le choix du suffixe "em" donnait du largonjem. Sous le nom de louchébeme (du mot boucher), le largonjem de Brest a longtemps été le jargon des bouchers de la villette.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article